Où Pétronille s'étrangle en lisant la presse féminine

Publié le par Pétronille

Aujourd'hui, Pétronille se la joue folle-folle et claque quelques dollars pour se payer quelques heures de détente avec un magazine féminin français. Bien que cher (car il a voyagé en avion), il est un peu périmé puisqu'il a presque un mois de retard par rapport à la France, mais mis à part l'horoscope (ce qui permet de voir si les prédictions étaient justes, et je vous laisse deviner la réponse...), le reste se lit très bien.

Tout le bien que je pense de la presse féminine a déjà été soigneusement détaillé
dans un article précédent, aussi n'y reviendrai-ja pas trop longuement (ce qui ne m'empêche pas de prendre plaisir à la lire de temps en temps).

Le magazine en question, dont le titre tient en quatre petites lettres, je ne l'avais pas lu depuis le temps où je passais 10 heures de ma vie par semaine dans le train, effectuant des allers et retours aventureux et riches en événements rocambolesques entre Paris et mon lieu de travail, situé à quelques 6 heures de chez moi (dont une heure passée rien que dans le RER et le métro). Ce qui laisse le temps de feuilleter quelques magazines, vous en conviendrez. A l'époque, je bravais les pannes de train et les chauffeurs de taxi qui me laissaient clairement entendre que je n'allais pas assez loin pour qu'il soit financièrement intéressant de me véhiculer, certains m'ayant sans honte aucune laissée toute seule sur la place de la gare aux environs de minuit dans une ville réputée pour sa faune nocturne.

Mais passons.

Sur le balcon (car oui, lecteurs parisiens, j'ai un balcon et il donne sur un...jardin !), je me suis donc plongée avec délices dans ce magazine, découvrant les nouvelles sorties de livres, les nouvelles tendances de la mode (cet hiver, il semble que toute parisienne qui se respecte sera pailletée) et les expos annoncées.

Et puis, au fil de ma lecture, je n'ai pas pu m'empêcher de constater que ce magazine est décidément rédigé par des vieilles qui se donnent l'air jeune, et que ça devient limite gênant pour elles. A un moment donné, mes yeux ont fatigué à force de buter sur des "fashion", "trendy", "it-girl", "love affair" et autres aberrations branchouillo-anglophones, un vocabulaire qui ne passe inaperçu que dans les pince-fesses du 8e arrondissement où tout le monde s'auto-congratule au-dessus des petits fours avant de se faire offrir le dernier téléphone portable à la mode (ça me fait penser aux photos de Martin Parr prises dans la jet-set, tiens, notamment celle prise
durant un gala de charité).

Au moment où j'ai tenté de lire l'entrefilet qui suit, j'ai craqué :

                      "Nouvelle vie pour les it bags. En 2009, ils ont le droit de rester plusieurs saisons au bras
                      de la même personne ! [...] Cet été les célébrités les plus hype [...] ne quittent plus ce must have 
                      super pratique - oups un mot pas du tout fashion mais pourtant convaincant - , annoncé très
                      en vue à la rentrée. Décidément trop trendy, ce trend !"


Mais qui parle comme ça en vrai ????

Au passage, les heureuses propriétaires d'un sac à mains hors de prix seront rassurées d'apprendre qu'elles ont le droit de le porter plus d'une saison avant de le cacher au fond de leur dressing (en espérant qu'il reviendra à la mode, façon
vintage, dans quelques années) et d'aller faire un tour sur les Champs pour s'en payer un nouveau. Les autres, comme moi, se contenteront de porter leur éternel vieux sac chiné en friperie. Mais qu'elles se rassurent : "l'anti-it-bag" est tout de même apprécié : c'est "tellement recessionista" !
A condition, toutefois, d'être une top-model de 17 ans pesant 34 kg, comme celles érigées en exemple dans l'article :



Bon, euh... j'arrête d'écrire, je suis en train de m'étouffer avec ma propre bile...

Commenter cet article

Lily 30/08/2009 13:41

"recessionista" ? Késaco ?
De toute façon, moi j'ai résolu le problème : j'ai plein de sacs (dont le plus cher coûte moins de 10€) que j'assortis à ma tenue du jour ^^

Pétronille 31/08/2009 23:07



Je vois que nous sommes consoeurs de petits sacs jolis et pas chers, alors !



clémentine 29/08/2009 22:21

désolée : il fallait lire "ne comprend rien" mais vous aurez rectifié vous même !

clémentine 26/08/2009 13:07

Morte de rire ! Il y a longtempts d'ailleurs que je m'insurge contre ce vocabulaire auquel un français normalement constitué ne comprends rien !

Pétronille 31/08/2009 23:02


Ouf, ça me rassure, j'avais peur d'être un peu ringarde (ou "recessionista", enfin, tu m'auras comprise).