Maringouins : 0 ; mouches noires : 32

Publié le par Pétronille

Oyez, oyez, chers lecteurs, Pétronille est de retour de son périple de campeuse au cours duquel elle a croisé un ours (et oui !), une baleine, moult écureuils farceurs et des milliers de maringouins affamés, ainsi ("last but not least", comme dit l'Oncle Mortimer) qu'une nouvelle espéce de prédateur pétronillesque, à savoir la mouche suceuse de sang frais, dite "la mouche-vampire".

Comme j'ai pu constater que mes lecteurs compatissants étaient en général amateurs d'articles consacrés aux insectes divers et variés qui en veulent à mon intégrité physique, je ne résiste donc pas au plaisir de vous faire plaisir en vous présentant cette nouvelle espèce pétronillophage, à fort potentiel de coulée d'hémoglobine, qu'un producteur hollywoodien serait bien avisé de porter à l'écran (j'aimerais bien que Cate Blanchett - et pourquoi pas ? - joue mon rôle mais allez savoir si elle acceptera de se teindre les cheveux en rouge ?). Ajoutez quelques ados boutonneux en phase aigüe de puberté (si possible une pom-pom girl stupide, mais fort bien pourvue d'un point de vue mammaire, un joueur de foot américain aux mâchoires carrées, la gothique associale et l'intello de service avec lunettes à double foyer), une forêt sombre et une station-service en plein désert et vous tenez le succès cinématographique de la rentrée.


Bref.


On savait déjà qu'il existait dans les pays du Nord des "moucherons mordeurs", minuscules mouches noires vivant en bande au bord de l'eau et se déplaçant par nuages pour mieux se jeter sur les campeurs innocents absorbés par la contemplation d'un coucher de soleil sur le fjord norvégien. Ces petites bêtes ne piquent pas, elles procèdent de manière plus perverse encore en découpant un microscopique bout de votre peau et en le suçotant tranquillement jusqu'à être repues de votre sang. Ca a l'air dégoûtant comme ça, et ce n'est pas franchement agréable de se trouver au milieu d'une telle nuée, mais bon, ça ne fait pas mal et ça ne laisse  que de minuscules taches rosées sur la peau qui disparaissent très vite. Rien qui vous empêche  véritablement de savourer votre saumon gravlax parsemé d'aneth (soupir) en sirotant votre bière à 0,5 % d'alcool.

Au Québec, qu'on se le dise, on joue dans la cour des grands. Le moucheron a laissé place à la mouche noire, bestiole insidieuse s'il en est, qui approche sournoisement sans faire le moindre bruit, se glisse l'air de rien sous vos vêtements en passant par une manche qui baille un peu trop, et tête voracement votre sang, laissant derrière elle votre mollet ou votre cou parsemé de traînées sanguinolentes (
et non, je n'exagère même pas), ce qui vous donne un genre assez "fiancée de Dracula"  qui pourrait bien revenir à la mode un de ces jours (mais qui fait peur aux enfants).

Et comme tout est plus sophistiqué au Québec, la morsure se transforme ensuite en bouton, qui se met soudain à vous démanger la nuit, alors vous êtes tranquillement saucissonné dans votre sac de couchage. Et comme vous êtes plongé dans une douce léthargie, vous vous grattez sans même y penser, malheureux !


Voilà, chers lecteurs, un pan des vacances pétronillesques qui vient d'être révélé sous vos yeux ébahis, et je suis sûre que vous saurez d'autant plus apprécier les vôtres, n'est-ce pas ?


------------------------

Le conseil pétronillesque aux futurs campeurs : n'oubliez pas de vous munir absolument d'un bon répulsif, et pas uniquement contre les moustiques, mais aussi contre les mouches noires, tiques, mouches d'étable et mouches de chevreuil (voilà une énumération qui fait rêver, non ? ne sois pas jaloux si ta vie est moins glamour que la mienne, lecteur de mon coeur...).

Commenter cet article

Godnat 17/08/2009 11:46

Celle-là aussi, je m'en souviens bien, la garce, qui aime la racine des cheveux tout autour du visage, et qui nous obligeait même par fortes chaleurs à affubler nos enfants de chapeaux bien enveloppants à nouer sous le menton.
Les taons de mon jardin sont soudain bien sympathiques.

Pétronille 17/08/2009 22:14



Effectivement, sur mes photos de vacances, je porte une capuche et un foulard par 35 degrés à l'ombre... (ce qui me fait des marques de bronzage bien plus
originales que celles de mes copines !).